Fr_d_ric_Goudal
Frédéric Goudal

"Déchire ces ombres enfin comme chiffons,
vêtu de loques, faux mendiant, coureur de linceuls :
singer la mort à distance est vergogne,
avoir peur quand il y aura lieu suffit. A présent,
habille-toi d'une fourrure de soleil et sors
comme un chasseur contre le vent, franchis
comme une eau fraîche et rapide ta vie.

Si tu avais moins peur,
tu ne ferais plus d'ombre sur tes pas."

P. Jacottet, A la lumière d'hiver

 

"Si tu avais moins peur, tu ne ferais plus d'ombre sur tes pas."
Si j'avais moins peur je ne serais pas qu'un être en puissance. Si j'avais moins peur je ne serais pas seulement un "je peux" ni un "je serais". S'il n'y avait pas cette petite limande grignotante au creux de mes entrailles, farfouillant mes ovaires et détachant ma moelle incessamment, je vous construirai un monument inutile, juste pour me prouver à vous. Je suis peureuse. Je ne suis qu'un "serais". Une inconditionnelle du conditionnel. Je participe des temps rares de la conjugaison. Peur. Mais moteur. Ne pas rester trop longtemps au même endroit de mon esprit. Ne rien re-vivre. Ne rien prouver de ce que je ne suis plus. Le temps proscrit de la témérité. Protégée par la peur. Un linceul, ou une voile qui pousse vers le large. Courage, conjuguons : je suis, je serai. Je n'ai pas été autre chose que ma peur. Mais si je peux le dire au passé, c'est que la voile a fait son chemin. Courage, conjuguons : je suis une peur qui grandis. Je serai une peur qui avance. Je grandis.